Affecter des mots clés aux archives : GRH

« Vous vous débrouillez, vous êtes grands ! » – GRH – les phrases à éviter et par quoi les remplacer(9/20)

« Vous vous débrouillez, vous êtes grands ! » – GRH – les phrases à éviter et par quoi les remplacer(9/20)

  Un grand… classique. Ce ton d’un paternalisme suranné traduit quelque part un manque de confiance – sous entendu, « ce serait beaucoup mieux avec moi« . Alors que, justement, c’est le message inverse qui devrait être communiqué pour booster l’équipe : « vous ferez très bien sans moi, j’en suis sûr ! ».

20 phrases qui sapent le moral et par quoi les remplacer (8/20)

20 phrases qui sapent le moral et par quoi les remplacer (8/20)

    « On n’est pas là pour rigoler ! » (8/20) On ne peut pas toujours se plaire au travail, c’est bien connu. La formule « On n’est pas là pour rigoler ! » est pourtant un classique du genre. Fort heureusement, la plupart des managers et types de management savent aujourd’hui que bien être au travail et productivité vont souvent de pair. Si on veut souligner l’importance d’un projet ou d’une tâche, on préférera formuler les choses ainsi : « ce projet, c’est du sérieux, il faut que chacun donne le meilleur de lui-même pour y arriver ! »

20 phrases qui sapent le moral et par quoi les remplacer (7/20)

« Pierre, j’ai besoin de votre savoir-faire : pourriez-vous mettre vous gérer le pot de départ de Mauricette ? » Voilà une phrase – limite obséquieuse – qui peut facilement être interprétée comme un signe du manque de considération de Pierre. Autant la jouer franco et privilégier la proximité ou créer du lien avec une phrase du type : « Peux-tu/Pouvez-vous me rendre un petit service ? »

L’e-réputation influence fortement l’employabilité

L’e-réputation  influence fortement l’employabilité L’identité numérique peut vite porter préjudice à une personne, notamment lorsque l’on recherche un emploi. À l’heure d’enquêter sur ce qu’Internet connait d’eux, seuls 69% ont déclaré avoir fait des recherches sur leur propre nom pour vérifier quelles informations ressortaient (74% dans l’ensemble des 3 pays interrogés). Une étude vient encore conforter ce constat : Un tiers des 18-34 ans ne sont pas conscients des résultats d’une recherche portant sur leur nom

Comment puis-je vous aider