Une excellente fiche de l’Awex concernant le Mexique …

Selon l’OCDE, après l’Espagne et le Portugal, le Mexique est le pays qui tire le mieux profit du secteur touristique en occupant le top 10 mondial en termes de fréquentation. L’industrie touristique contribue pour 8,2% du PIB mexicain contre 11% pour l’Espagne et 10.5% pour le Portugal. Le secteur occupe quelque 2,4 millions de personnes, soit 6.7% de la population active (chiffres 2006) et probablement plus du double en emplois indirects et bien davantage si l’on englobe l’économie informelle qui gravite autour du secteur.

Il constitue, par ailleurs, l’une des principales entrées de devises, derrière les transferts des migrants mexicains (remesas), les exportations de biens manufacturés et les exportations de pétrole et de dérivés. Le tourisme a été considéré depuis de nombreuses années par les autorités mexicaines comme un axe important de développement économique. Jusqu’à récemment, le secteur a reçu d’importants investissements publics gérés essentiellement par le Fondo Nacional de Turismo (FONATUR). Fonatur est à l’origine de près de 40% du parc hôtelier dans les centres balnéaires ainsi que du financement à hauteur de 55% des investissements totaux du secteur.

Mais aujourd’hui, la politique de l’administration mexicaine est d’encourager l’initiative privée dans le secteur en offrant notamment un cadre juridique plus souple pour l’obtention de garanties ou l’acceptation de projets et en multipliant les actions de promotion. De nombreux espaces côtiers sont ainsi ouverts aux investisseurs privés mexicains ou étrangers. Néanmoins, il y a des précautions juridiques à prendre en la matière. En effet, l’acquisition d’un bien immeuble à usage résidentiel jusqu’à 50 Km des côtes et jusqu’à 100 Km à l’intérieur des frontières, lorsque le terrain ne dépasse pas les 2.500 m², doit passer par une forme juridique appelée fideicomisio.

Tags

| | | | | | |