Digitalisation : ce que “l’ennemi numérique” devrait nous apprendre.

La numérisation d’une bonne part de l’économie semble galoper. Combien de commerçants du secteur du textile, par exemple, ne désignent-ils pas l’E-commerce comme source de tous leurs maux, oubliant au passage la chute du pouvoir d’achat dans une Europe sous une chape d’austérité, le changement fondamental des habitudes d’achats des clients ou encore la difficulté pour les villes à accueillir une activité commerciale qui a besoin de fluidité ?

 

L’E-Commerce grignote plus qu’il ne galope

Pourtant l’E-Commerce grignote plus qu’il ne grignote en 2017,  aux Etats-Unis seulement 8,9% des ventes de détail ont été effectuées en ligne… Amazon compris. Les pure players comme ce dernier ne croient d’ailleurs pas en un futur 100 % digital, pour preuve : Amazon va ouvrir ses premiers magasins physiques.

En Belgique, la part de l’E-Commerce n’atteint pas les 10 % de part de marché, il est à 3, 2 % en Italie et 17 % au Royaume-Uni. C’est d’ailleurs dans la presque brexitée perfide albion que les achats en ligne concernant la mode atteignent 25 %. Ce qui montre bien les disparités entre secteurs : plus rares sont ceux qui achètent leur entrecôte en ligne.

Ce constat fait en vient rapidement un autre : l’E-commerce a développé sa propre expérience client, ses propres méthodes et ses propres technologies. Le plus souvent en ayant observé … le commerce physique. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer les parcours d’achats dans un supermarché et celui sur un site internet et de relever les points de similitudes.

 

Un grand paradoxe.

Et c’est là qu’est le paradoxe : ceux qui pointent du doigt l’E-Commerce ne cherchent pas à s’en inspirer ou à savoir quel élément ils pourraient “aménager” dans leur activité.

Pourtant, à y regarder de plus près, des “transferts”  ou des aménagements sont possibles. Ils ne concernent pas que les commerçants d’ailleurs, mais également les localités qui, ce faisant, deviendraient des “smartcities”.

J’ai décidé de coucher quelques observations et conseils sur ce blog. Puissent-elles permettent aux un et aux autres d’évoluer vers l’intégration des nouvelles techniques et aussi des nouvelles technologies.