Je n’y peux rien, c’est la crise.

Là, c’est le signal de l’abandon le plus total : tous aux canots de sauvetage – normal, la formule est tellement « bateau ». Toute action interne serait donc vaine puisque la crise – explication externe – est insaisissable et incontrôlable.

A la place, on va plutôt chercher à redynamiser les troupes :

« Des contraintes extérieures importantes s’imposent à nous, retroussons nous les manches ! »

Tags

| | | | | | |